Pieds de danseurs grenoblois
> Accueil / En cours... / Espace pudique - 2020/21

Espace pudique - 2020/21

(& angles morts)

 © Giulia Arduca

Création 2020

Qu’est ce qui a pu pousser un animal pudique à choisir un métier de représentation ?
Ce solo introspectif et auto-réflexif essaie de résoudre les paradoxes liés à un métier de la représentation, de la monstration de soi, de l’égo assumé, quand ce métier est choisi par une personne qui a le goût de la discrétion, de la
suggestion, du presque rien…
Vingt ans après son premier solo (le fond de l’air effraie…), Nicolas Hubert revient pour la première fois seul en scène, avec l’envie de questionner
le geste de cacher, celui de montrer, et ceux – multiples - de montrer-cacher et de cacher-montrer.

Origines
Après avoir arpenté l’espace scénique, puis l’espace public, un corps dansant questionne l’espace pudique, cet espace intime qui donne à voir sans montrer, qui laisse entrevoir sans asséner, qui suggère - à qui veut bien l’observer - qu’un geste pourrait bien advenir.
Il transpire de ce corps, après un quart de siècle dédié à la danse, la nécessité d’une mise à nu, au propre comme au figuré, le besoin de lever le voile comme le rideau, de tomber le masque, de ranger les artifices.

Production : compagnie épiderme.
Coproduction : TMG - Théâtre[s] de Grenoble.
Avec le soutien de la Spedidam et du Pot-au-Noir Scène ressource Isère.

La compagnie épiderme est soutenue par la Ville de Grenoble, le Département de l’Isère et la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes.

Videos

Distribution

Chorégraphie et interprétation : Nicolas Hubert
Lumière : Marc Pichard
Son : Pascal Thollet
Administration, production : Adeline Pierrat / Yaël Epstein
Production, diffusion : Marie Rouzaut

REPRÉSENTATIONS